A 23 ans, Rose est etudiante et feministe. Pour regler des dettes, i§a a fait le choix de se prostituer. – Primăria Bustuchin

A 23 ans, Rose est etudiante et feministe. Pour regler des dettes, i§a a fait le choix de se prostituer.

Oceane lui prete sa plume Afin de partager son rapport a J’ai prostitution.

A l’heure ou elle me parle, Rose a 23 ans, ainsi, elle se prostitue depuis plus d’un an. Notre premier contact s’est fera avec un email, lance tel une bouteille a la mer sur la boite de reception de Madmoizelle.

Notre premier message de Rose sonnait comme une pulsion, tel un besoin soudain de dire a quelqu’un votre qu’elle vit. Un message pour relacher une tension latente.

Quelques jours prochainement, j’ai rencontre une jeune femme terre a terre et pragmatique. Recemment arrivee a Paris pour la poursuite de ses etudes, Rose buche et collabore beaucoup.

Entre etudes et precarite

En alternance, i§a travaille 35 heures par semaine en plus de ses projets universitaires. Le temps et l’energie lui manquent afin d’effectuer votre job etudiant et elle souhaite se consacrer a ses etudes, mais notre vie parisienne l’endette tous les jours un brin plus.

Independante, avec deja un pret etudiant i  propos des epaules, elle peine a reclamer de l’aide, protege ses parents, ainsi, veut rembourser nos amis qui l’ont deja http://datingrating.net/fr/rencontres-cocu/ aidee avec le passe.

A decouvert de divers centaines d’euros tous les mois, ainsi, apres un avertissement de son banquier, Rose termine par s’inscrire sur un blog de sugar dating :

« Au depart j’ai commence a affirmer a la prostitution, et j’en rigolais avec mes amis. C’etait Afin de tester mes limites, je pense. J’ai fait ca pendant plus d’un mois.

Et au bout d’un mois je me suis penchee concernant Le concept du sugar dating, en sachant pertinemment que c’etait en prostitution deguisee.

J’etais au taf, j’ai recu un mail du banquier et c’etait le truc de trop. J’me suis inscrite sur son tete. En une apres-midi, pres d’une cinquantaine d’hommes m’ont contactee. »

« Les hommes mettent un salaire sur leur profil. En tant que fille, on met nos preferences sexuelles.

On sait tres beaucoup qu’il vaut mieux en mettre le maximum pour etre choisie. »

Le sugar dating : une forme de prostitution deguisee

Rose s’est inscrite via un blog Internet dont la promesse est de rencontrer un sugar daddy Afin de pouvoir mettre du beurre dans ses epinards, en quelque fai§on.

Elle evoque avec un certain malaise le fait que cette page cherche a Realiser oublier que c’est d’une prostitution. Autant chez des hommes, en grande majorite du cote du payeur, que chez ces dames en demande de soutien financier :

« Il n’y a aucune controle, je me suis inscrite en cinq minutes, j’aurais tres bien pu etre mineure.

C’est tres faux, parce que ca se presente comme un site de rencontre, sauf que nos hommes mettent leur salaire via leur profil. Nous en tant que fille, on met soi-disant des preferences sexuelles, mais on sait tres beaucoup qu’il vaut plus en mettre le maximum possible concernant etre choisie.[…]

A chaque fois, il y avait votre discours de “Ce n’est aucun la vraie prostitution”, parce qu’il y a une relation plus que sexuelle. Qu’ils etaient la Afin de i?tre capable de aider nos jeunes jeunes femmes , pouvoir nous accompagner, nous aider a grandir et a nous epanouir. C’est votre discours paternaliste par excellence.

Ils n’ont nullement envie de l’image qu’ils ont d’une pute. Ils ont le desir d’une fille qui fasse beaucoup au restaurant, qui puisse tenir une conversation, mais sans leur tenir tronche. »

Notre prostitution, une realite qui derange

Rose commence a repondre a toutes les messages, forcement claire dans ses attentes financieres, ainsi, se prend au debut au jeu du camouflage ainsi que la seduction.

Elle a un role, tente de garder le controle sur le intimite, de maintenir une distance. Elle s’fait un personnage, romance pour faire croire aux hommes qu’ils paraissent « l’elu ».

Mais plus les conversations avancent, plus elle se rend compte que les attentes des hommes, Afin de la plupart assez ages, paraissent malsaines :

« J’etais un brin trop vieille Afin de beaucoup. J’etais deja construite. Et ca les derangeait. Il convient montrer qu’on est faible.

Le discours des hommes m’a bon nombre choquee, meme nos plus attentionnes, des plus « gentils », comme celui que je frequente. C’est un homme de 43 annees qui n’est gui?re derange d’etre attire via quelqu’un de 16 ans. Il m’a trouvee attirante intellectuellement, ainsi, c’est pour ca que ca marche. Mais d’habitude il choisit des meufs plus jeunes. »

Rose reste en colere, non nullement contre la notion de prostitution en elle-meme, mais plutot contre les rouages du systeme qui en favorise nos deviances.

« Si j’ai l’envie de vendre notre cul, c’est notre cul, ainsi, voila. La prostitution dans l’idee ne me derange nullement, c’est le choix de chacun. Mais c’est le systeme qu’il y a autour qui est particulierement degueulasse.

Claque que la majorite des femmes et des hommes qui se retrouvent dans une telle situation-la ne sont gui?re en pleine conscience, n’ont pas totalement le i?tre capable de concernant un corps. Actuellement on laisse des tres jeunes femmes se faire manipuler, se faire toucher, se faire payer avec des hommes ayant l’age d’etre un pere ou un grand pere, et ca marche. On accepte ca. »

A 23 ans, Rose est etudiante et feministe. Pour regler des dettes, i§a a fait le choix de se prostituer.

Lasă un răspuns

Adresa ta de email nu va fi publicată. Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *